Blog

Passeuse de rêves de Lois Lowery

C’est un petit bijou que je viens de découvrir. Je connaissais de nom l’auteur car c’est elle qui a écrit « le Passeur » qui a été adapté au cinéma il y a quelques années. J’ai reçu « Passeuse de rêve » dans la box le Ptit Colli de janvier. Je dois dire que je l’ai dévoré au sens propre du terme, je l’avais fin en deux heures montre en main. Ce n’est pas un très gros livre ,il est même plutôt petit puisqu’il ne compte que 160 pages, avec une police d’écriture plutôt grosse et des marges moyennes. Cependant l’histoire est tellement bien racontée qu’on plonge dedans sans pouvoir lâcher le livre avant d’avoir fini.

La Plus Petite est en pleine formation pour devenir passeuse de rêve, une fonction très importante. C’est un minuscule petit être de la nuit et sa mission, ainsi que celle de ses congénères, est de ramasser des fragments de souvenirs heureux sur les objets des humains pour leur « octroyer » de beaux rêves. Elle est affecté dans la maison d’une dame âgée avec son mentor Tatillonne, cette dernière étant plus qu’agacé de l’espièglerie de Petite ainsi que de sa fâcheuse tendance à poser beaucoup de questions. Un jour un jeune garçon arrive dans la maison, et il est rempli de colère. Les passeurs de rêves sont inquiets car ils sentent que cette colère attire les Saboteurs responsables des cauchemars et qui causent beaucoup de dommages.

C’est un livre plein de poésie et de tendresse apporter par l’innocence de La Plus Petite. On alterne entre la vie de La Plus Petite, la vie de la vielle dame et la vie d’une autre femme. Les personnages sont extrêmement attachants surtout Petite par sa douceur et sa pertinence malgré sa jeunesse.

Ce livre s’adresse autant aux jeunes qu’aux adultes par sa double lecture, plus apparente peut être pour un adulte. Il y a une véritable prise de hauteur à avoir par rapport à l’histoire fantastique et c’est cette lecture implicite que j’ai beaucoup aimé. On entre dans une histoire assez métaphorique de la vie que j’ai trouvé très habile et très juste. Ce roman est vraiment divertissement mais aussi tellement émouvant.

thh

Titre: Passeuse de rêve

Auteur : Lois Lowery

Date de parution : 2006

Edition : Ecole des loisirs

Nombre de pages : 160

Bonne lecture

                                                        La bibliothécaire romantique

Publicités

Le Dernier Jour d’un Condamné de Victor Hugo

le

Après le coup de cœur que j’avais eu pour Notre-Dame de Paris, j’ai voulu découvrir Hugo mais dans un autre registre. Victor Hugo a été un très grand auteur engagé dans les questions de son temps avec un regard très moderne et en avance sur son époque. Ses prises de positions politiques l’ont notamment contraint à s’exiler suite au coup d’état de Napoléon III. Le Dernier Jour d’un Condamné est un de ses romans engagés, celui ci traitant de la peine de mort. Hugo a écrit ce roman réaliste à 26 ans après avoir assister à une exécution qui l’a profondément marqué.

Le livre suit l’évolution des pensées et émotions du Condamné. Cet homme est condamné à mort, nous ne savons rien de son crime, rien de lui mis à part qu’il a une femme et une petite fille de 3 ans, Marie. Il évolue dans sa cellule, celle qui est réservée aux condamnés à mort dans l’atteinte de la réponse de leur pourvoi en cassation. Il se retrouve seul avec ses pensées, ne s’apitoie pas sur son sort mais s’inquiète pour sa petite fille. Un épisode marquant de son séjour est le départ des forças pour le bagne auquel il assiste. Les forças le considèrent chanceux que d’être condamné à mort, considérant le bagne comme la pire sanction possible et humiliante. Lui préférais naturellement être condamné à vie à des travaux forcés. Le paradoxe se fais entre ceux qui considèrent que la mort est préférable et celui qui va être contraint de mourir alors qu’il ne le veut pas.

Le fait que l’on ne sache rien du Condamné permet d’appréhender objectivement le propos défendu par Hugo. En effet si l’on avait eu connaissance du crime qu’il lui avait été reproché, il aurait été très difficile de considérer cette personne autrement que comme criminel alors que ne sachant rien, on le considère comme un simple être humain que la justice a condamné à mourir. L’issu de cette longue attente est dotant plus prévisible que ce n’est pas réellement le plus important. Comment un condamné à mort peut-il appréhender l’irrévocable ? Il sait qu’il  va mourir, il va néanmoins avoir de brèves lueurs d’espoir mais qui ne dureront que très peu de temps, le replongeant toujours plus brutalement de la réalité de l’exécution à venir.

Ce livre est étonnamment moderne que le propos est encore malheureusement actuel dans beaucoup de pays dans le monde. En 1829, Hugo s’opposait farouchement à la peine de mort, en 1981 la peine de mort fut abolie en France mais ce n’est toujours pas la même réalité partout dans le monde comme dans certains états des USA. 187 ans après la parution de ce roman, l’effrayante réalité nous fais penser que ce livre est encore beaucoup trop actuel.

Ce livre devrait faire partit des classiques à lire absolument en raison de son sujet mais aussi de la manière dont Hugo le traite. Je vous recommande vraiment ce livre, il est très rapide à lire et les préfaces sont très intéressantes et permettent de mieux comprendre le propos de l’auteur.

thsunhl867

Titre : Le Dernier Jour d’un Condamné

Auteur : Victor Hugo

Date de parution : 1829

Edition : Folio classique

Nombre de pages : 200 avec les préfaces et notes de l’édition ; 100 pour le roman seul

Bonne lecture

                                                       La bibliothécaire romantique

L’île du Point Némo de Jean-Marie Blas de Roblès

Je dois dire que je ne sais pas trop quoi penser de ce livre. Il faut savoir qu’il a quand même reçu le prix du meilleur roman des lecteurs du Points, sélection 2017, donc dès le départ je me suis dis que ça serai un bon roman. Et objectivement ça l’est, l’écriture est relativement fluide, les histoires se tiennent (il y a plusieurs histoires en plus de la principale), les personnages sont cohérents, bref le livre est plutôt bien écrit. Cependant ce principe d’une histoire principale avec plusieurs autres secondaires m’a un peu déstabilisé au début car le livre est construit avec un chapitre l’histoire principal, le suivant un bout d’une des histoires secondaires puis ensuite de nouveau l’histoire principale.

La grande histoire commence par le vol du diamant de Lady MacRae. Elle va appeler à la rescousse Holmes et Canterel, des amis à elle pour retrouver son diamant. Canterel et Lady MacRae ont vécu une histoire d’amour plus jeunes qui a donné naissance à Verity, cependant la jeune femme de 17 ans est coincée dans un coma depuis près de 10 ans. Ses parents décident de l’emmener dans cette aventure. Au cour de leur périple, ils vont être rejoint par de nombreux autres personnages comme l’inspecteur Litterbag ou encore le passionné docteur Mardrus. Durant leur voyage qui les conduira notamment à voyager à bord du Transsibérien ou encore dans un dirigeable, ils seront confrontés à l’Enjambeur Nô, assassin insaisissable.  Cette aventure leur réserve bien des surprises et pleins de rebondissements.

Dans les histoires secondaires, on suit tour à tour Monsieur Wang, chef d’entreprise répugnant, une épouse nymphomane, le propriétaire d’une usine de cigare dans le Périgord et d’autres encore.

La grande histoire m’a beaucoup plu, j’ai vraiment aimé cette épopée avec du mystère, des énigmes et des rebondissements. Plus le livre avancé plus j’ai commencé à apprécier les histoires secondaires. Je pense avoir bien apprécié ce livre, surtout grâce au dénouement, c’est la fin du livre qui nous permet de tout comprendre et je pense que l’intelligence de l’auteur réside en partie dans la construction de son histoire. Il nous laisse dans le flou tout le long du livre et les vingt dernières pages, il nous révèle tout ce qui crée un véritable effet de surprise très bien maitrisé. Cependant ce qui m’a le plus dérangé c’est qu’il n’y a aucune notion précise de l’époque dans laquelle on se trouve, et plusieurs fois j’ai eu l’impression d’être à des époques différentes dans l’histoire principale par rapport aux histoires secondaires.

J’ai passé un bon moment à lire ce livre, je pense que je ne l’aurais pas choisi de moi-même si je ne l’avais pas reçu dans une box. Je ne pense pas en garder un  souvenir intarissable mais ce livre mérite d’être lu rien que pour découvrir le style un peu particulier de l’auteur.

thc79abnoi

Titre : L’île du Point Némo

Auteur : Jean-Marie Blas de Roblès

Date de parution : août 2016

Edition : Points

Nombre de pages : 470

Bonne lecture

                                                        La bibliothécaire romantique

 

L’après séance: Alliés

  1. Brad Pitt 2. Marion Cotillard 3. Film sur la Seconde Guerre Mondiale.

Autant dire que le film partais avec un bon avantage pour moi. La bande-annonce m’avais beaucoup donné envi mais j’avais un peu peur que tout soit dit dedans et donc qu’il n’y est pas tellement de surprise.  Et bien non, elle a su juste poser assez d’éléments pour que l’on ai envi de voir le film mais très peu pour que l’on découvre presque tout au cour de la séance.

allies_affiche_francaise

Le film commence au Maroc, où Max (joué par Brad Pitt), un espion canadien travaillant pour Londres, retrouve Marianne  (jouée par Marion Cotillard), une espionne française sur le terrain depuis quelques mois déjà. Ils se font passer pour mari et femme et ont pour mission d’abattre un ambassadeur allemand. Une fois la mission effectuée, Max demande à Marianne de rentrer avec lui à Londres et de devenir sa femme. S’ensuit alors leur mariage et la naissance de leur fille sous les bombardements. Max travaille dans le bureau d’une base militaire  en tant que Lieutenant. Un jour, on lui apprend que des services de recherche ont enquêté sur sa femme et qu’elle serait une espionne allemande qui fait passer des informations importantes aux allemands. Max n’en croit pas un mot et est prêt à tout pour prouver l’innocence de sa femme. S’il s’avérait que Marianne était bien une espionne, Max aurait pour ordre de l’exécuter.

Les acteurs nous fournissent une prestation époustouflante, et on sent les sentiments qui se dégagent des personnes, les tensions qui se crées. La musique qui est juste sublime, apporte beaucoup aux différentes ambiances que l’on découvre tout au long du film. Les choix de décors nous plongent dans cette ambiance de guerre, on ressent le quotidien des protagonistes. Les acteurs sont très justes dans leur rôle et tout cet ensemble crée un film magnifique.

J’ai vraiment adoré ce film, l’histoire semble plus que réaliste, les personnages sont totalement crédibles et le suspens nous tient jusqu’au dernier moment. J’ai vraiment hâte qu’il sorte en DVD pour pouvoir le redécouvrir.

2537295-premiere-image-officielle-du-film-allies-opengraph_1200-2

Bon visionnage

                                            La bibliothécaire romantique

Harry Potter et l’enfant maudit de J.K Rowling

Et oui, comment pouvais-je résister à une pareille tentation ? Je me devais de lire ce huitième opus et j’en avais vraiment beaucoup envi. Une chose est sur c’est que la lecture n’a pas trainée puisque je l’ai fini en deux jours tellement j’ai été captivé de retrouver l’univers magique de Poudlard et tous ses personnages qui m’avaient tant manqué.

Le livre est une pièce de théâtre, c’est aussi pour cela qu’il a été si rapide à lire, c’est une lecture très fluide et efficace. Tout commence par la rentrée à Poudlard du jeune Albus Potter, fils cadet de Harry et Ginny. Le garçon se pose beaucoup de questions et a très peur de se retrouver à Serpentard alors que son grand frère, James, est à Gryffondor. Il fait la connaissance de Scorpius, le fils de Drago Malfoy avec qui il se lit d’amitié. Les relations avec son père se détériorent au fur et à mesure qu’il grandit car il reproche à Harry de devoir supporter cet héritage dont il n’a jamais voulu et Harry n’arrive pas à communiquer avec lui étant assez maladroit dans son rôle de père.
Je ne vous en dévoile pas plus pour que vous ayez toute la surprise en lisant le livre. J’ai vraiment beaucoup aimé, j’était sur de ne pas être déçu et ce fut réellement un plaisir permanent de lire ce livre. On retrouve parfaitement l’univers de Poudlard comme si on l’avait quitté la veille, ainsi que les caractères des personnages. Le livre ne fait pas de cassure avec les précédents et s’insère parfaitement dans la continuité de la vie de Harry, c’est vraiment la suite logique. Albus est le personnage principal avec Scorpius et on voit moins Harry, Hermione et Ron mais pour ma part ça ne m’a pas déranger car on s’attache beaucoup à ces deux jeunes garçons qui ne reflètent pas du tout leurs pères. J.K n’est pas tombé dans le cliché d’en faire de parfaites copies de leur père ce qui en fait des personnages vraiment intéressants et uniques.
Je vous conseil à mille pourcent ce livre, surtout pour les fans de Harry Potter (même si je suis sur que la plupart ont déjà leur exemplaire entre les mains). Ce qui est sur c’est que je le relirait avec grand plaisir et j’espère que d’autres livres sont prévus car je voudrais tellement voir à présent la vie d’Albus après celle de Harry.IMG_3047.JPG

Titre : Harry Potter et l’enfant maudit, Partie 1 et 2
Auteurs : J.K Rowling, John Tiffany et Jack Thorne
Date de parution : octobre 2016
Edition : Gallimard
Nombre de pages : 352

Bonne lecture
La bibliothécaire romantique

 

Notre-Dame de Paris de Victor Hugo

Je me devais de lire au moins un Victor Hugo dans ma vie. Je pense qu’il y a des auteurs qu’il faut absolument avoir lu, qui font partit des grands classiques de la littérature. Cependant, je n’avais pas un trés bon souvenir de cet auteur, l’ayant étudier au collège avec Les Misérables et ayant trouvé la lecture assez difficile. J’ai donc porté mon choix sur Notre-Dame de Paris car j’avais entendu parler de l’histoire et elle m’intriguait beaucoup.
L’histoire commence en 1482 en plein Paris. On découvre le personnage de Gringoire s’apprétant à faire découvrir au tout Paris une pièce de théatre appellée le Mystère. Ce personnage est un peu le fil rouge de l’histoire, c’est par lui que l’on va découvrir les autres personnages. Gringoire est un pauvre philosophe/écrivain qui n’est pas chanceux et se retrouve mélé aux malheurs des autres personnages.
Le second personnage que l’on découvre est Dom Claude, archidiacre de Notre-Dame de son état. C’est un personnage sérieux, très proche de la science et trouvant ses vérités dans les livres qu’il étudient attentivement.  Claude Frollo a un petit frère, Jehan Frollo, qui ne partage cette passion pour les études, préférant de loins les nombreux plaisirs de la vie ce qui le laisse très régulièrement sans le sous. Ce dernier n’hésite cependant pas à aller quémander quelques pièces à son frère qui ne peut rien lui refuser.
L’archidiacre a adopter dans sa jeunesse, un bébé qu’il a fait sonneur de cloche quand celui ci devint grand. L’homme a un aspect très peu avantageux, un seul oeil valide, le dos complétement tordu, le genoux cagneux. Son travail de sonneur de cloche a fini d’achever son portrait en le rendant totalement sourd. C’est Quasimodo. Il vit dans le cathédrale de Notre-Dame, respectant énormement son maître, Claude Frollo, pour qui il a beaucoup d’estime.
Enfin, c’est au tour d’Esmeralda de faire son apparition. Celle que l’on surnomme l’égyptienne danse dans la rue avec sa chêvre Djali, hypnotisant les passants. La jeune fille de quinze va tomber éperdument amoureuse du capitaine Phoebus, brisant le coeur de Claude Frollo qui sera totalement obsédé par cette créature dés l’instant qu’il la verra.
Ce livre est un véritable chef-d’oeuvre, une pure merveille de la littérature française. Le style d’écriture d’Hugo est assez facile à lire permettant un comprehension totale de l’histoire et surtout un vértable engouement pour les personnages et l’intrigue. L’auteur nous fait découvrir le Paris du XV° siècle dans une description tellement précise que l’on peut se le représenter parfaitement. Je vous recommande vraiment ce livre, aux amoureux des grands classiques comme aux adeptes de styles plus contemporains.ySion’eTypeeod‘X‡TX‡T

Titre : Notre-Dame de Paris
Auteur : Victor Hugo
Date de parution : 1831
Edition : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 678
Bonne lecture
La bibliothécaire romantique

L’après séance: La fille du train

Je sors tout juste de la séance de « La fille du train ». J’avais entendu parlé du livre de Paula Hawkins comme d’un best seller, la bande annonce m’avait beaucoup intrigué, j’avais donc hâte qu’il sorte. C’est sur un coup de tête se soir que je me suis précipitée au cinéma de Talence, 5 min avant le début de la séance avec une réelle envie de découvrir ce polar.th0vfepvxa

Le film est réalisé par Tate Taylor avec dans le rôle principal Emily Blunt dans la peau de Rachel, une jeune femme alccolique et totalement dévasté par sa séparation avec son mari. Elle prend le train tous les jours pour se rendre à New-York et passe devant un lotissement de maison. L’une d’elle retient particulièrement son attention car elle y voit vivre un couple qui l’a fait fantasmer et qu’elle envie profondement. Cependant lors d’un de ses voyages elle va être le témoin d’une scène qui va profondement la boulverser et qui va la faire haïr la jeune femme du couple qu’elle enviait tellement. Très peu de temps après cet évènement Rachel apprend que la jeune femme, Meghan, a disparu le soir où elle est descendu du train, près de chez cette dernière mais aussi près de la maison de son ex mari, Tom et sa nouvelle femme . Elle va alors essayer de se souvenir de ce soir dont il ne lui reste aucun souvenir car elle était saoule, ce qui en fait une suspecte.
Au début du film on découvre les trois principales femmes du films. Rachel, ex-femme de Tom, alccolique et dépressive. Anna, la nouvelle femme de Tom et Meghan la nounou de la fille de Tom et Anna. Meghan est en couple avec Scott et on s’apperçoit très vite que cette jeune femme est dépressive et consulte un psy.
Le montage du film est vraiment très bien réalisé, il m’a fait assez penser à « Gone Girl » réalisé par David Fincher (que je vous recommande vivement). Les plans sont trés sérrés, cadrant très proche des visages des personnages ce qui fait vraiment ressentir les émotions et la détresses notamment de Rachel qui semble mener un combat permanent contre elle-même. Emily Blunt crève l’écran en nous servant une performance assez bluffante d’une femme en perpétuelle souffrance. La musique apparte aussi une atmosphère de déséquilibre qui cadre trés bien avec l’ambiance générale dans laquelle évoluent les personnages.
Pour ma part je me suis totalement laissé emporté par le film sans essayer de le devancer en réflechissant dés le départ qui est à l’origine de la disparition de Meghan et le film nous envoit très bien sur de fausses pistes qui nous laisse un suspens jusqu’au dernier moment. On reconstitue le puzzle de cette soirée où à disparu Meghan, en même temps que Rachel.
J’ai vraiment aimé ce film, qui est dans la même trame que « Gone Girl » et que j’avait aussi beaucoup aimé. Je vous conseille d’aller le voir si vous voulez passer un bon moment devant un thriller vraiment bien monté. Le rythme est un peu lent mais c’est ce qui permet de donner un certain réalisme à l’histoire assez déroutant.th_341670_1478037126

Date de sortie au cinéma : 26 octobre 2016
Réalisateur : Tate Taylor
Acteurs principaux : Emily Blunt, Rebbeca Ferguson, Haley Bennett, Justin Theroux

Bon visionnage
La bibliothécaire romantique

Les limites de l’enchantement de Graham Joyce

J’annonce tout de suite, je suis tombée amoureuse de cet auteur. Son style est extrèment adictif et j’ai eu beaucoup de mal à me détacher de ce livre. J’avais entendu parlé d’un autre de ses livre, Comme un conte, qui me fais de l’oeil par son résumé qui m’attire beaucoup. Une petite fée a dut m’entendre puisque j’ai reçu dans la box Livre-moi(s) de septembre un autre livre de l’auteur, Les limites de l’enchantement, et autant dire que j’étais ravie.
Nous sommes dans les années 60 en Angleterre. Fern est une jeune femme qui vit avec Maman Cullen, une vieille femme qui l’a recueillit quand elle était bébé. Elles vivent dans un petit village et Maman enseigne à Fern tout son savoir depuis son plus jeune âge. La vieille femme est très réputée dans le village, elle a fait accoucher un nombre incalculable de bébé, c’est elle que l’on va voir quand on a besoin de conseils. Les femmes viennent la voir aussi lorsqu’elles tombent enceinte par accident pour avorter car Maman, même si elle n’aime pas le faire, les aide à avorter à l’aide de plantes et sans méthode barbare comme se pratiquait ailleurs. Elle à une très grande connaissance des plantes et de la nature en générale et s’applique à transmettre ce savoir à Fern.
Un jour, arrive dans le village un groupe de hippies qui déplaisent beaucoup aux deux femmes. Peu de temps après leur arrivé, Maman tombe malade et est envoyé à l’hôpital, laissant Fern livrée à elle-même dans la petite chaumière où elles habitent. Elle découvre alors que Maman n’a pas payé le loyer depuis plus d’un an et qu’elle est sur le point de se faire expulser. Elle va alors chercher tout les moyens pour essayer de rassembler de l’argent pour ne pas quitter cette maison, tout cela sur un fond mystique et de forces de la natures puissantes mais douces.
J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce livre, cet auteur et son style d’écriture. Fern est très attachante avec un caractère bien trempé même si on l’a sent dépassé bien souvent par les évènements qui s’enchainent. J’ai hâte de découvrir d’autres romans de cet auteur, une chose est sure ce n’est pas le dernier.

IMG_3059.JPG
Titre : Les limites de l’enchantement
Auteur : Graham Joyce
Date de publication : 2005
Edition : Folio
Nombre de pages : 413

Bonne lecture
La bibliothécaire romantique